L’addiction est-elle typiquement masculine ?  Abonné

Publié le 24/05/2013
Alcool, toxicomanie…Trois quarts des personnes fréquentant un centre d’addiction sont des hommes. À l’inverse, les troubles alimentaires et l’abus de psychotropes, semblent être typiquement féminins. Mais qu’en est il réellement : les hommes sont-ils plus concernés par l’abus de drogue, ou seulement mieux repérés que les femmes ? La physiologie peut-elle expliquer ces différences, ou plutôt la sociologie ? Tour de la question du genre en addiction.

Que ce soit l’alcool, le cannabis ou la cocaïne, les hommes sont toujours de plus grands consommateurs de drogues que les femmes. Et de loin ! Selon le Baromètre santé de l’Inpes, ils sont trois fois plus nombreux à boire quotidiennement de l’alcool (18 % contre 6 %), trois fois plus nombreux aussi à consommer de la cocaïne occasionnellement (dans la tranche des 18-25 ans, on compte 3,7 % d’hommes et 1,3 % de femmes en avoir fait l’usage dans l’année). Pour le cannabis, 11 % des hommes en font usage contre 5 % des femmes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte