Alcoolodépendance

L’acamprosate agit aussi sur la dépression et le sommeil  Abonné

Publié le 01/10/2010
Indiqué dans le maintien de l’abstinence chez le patient alcoolodépendant, l’acamprosate a un effet bénéfique collatéral sur la dépression et les troubles du sommeil.

La prévalence de la dépression parmi les personnes alcoloodépendantes est très importante. Une méta-analyse récente portant sur 3 354 patients inclus dans 11 études (10 pays) a montré que 33,4 % d’entre eux souffraient d’une dépression au moins modérée. Variant de 22 % à 52 % selon les sous-groupes, cette proportion était la plus élevée chez les femmes, jeunes, sans emploi, vivant seules et consommant de l’alcool de façon épisodique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte