Rythmologie

L’ablation réussit au flutter auriculaire  Abonné

Publié le 18/05/2012
L’ablation réussit au flutter auriculaire


©VOISIN/PHANIE

Dans les troubles du rythme supraventriculaires, le flutter répond bien aux procédures ablatives. La prévention thrombo-embolique de la FA nécessite un bon repérage des risques des patients.

Entre le risque de complications liées au flutter et celui des effets indésirables des anti-arythmiques, l’ablation constitue une option thérapeutique intéressante. Le flutter auriculaire est une tachycardie supra-ventriculaire par macro-réentrée auriculaire droite, de fréquence régulière de 250 à 300/min, concernant essentiellement les patients très âgés (surtout après 80 ans). La tolérance clinique est souvent mauvaise et le risque embolique identique à celui de la FA. De plus, il est susceptible de se transformer en flutter 1/1 à cadence rapide, d’entraîner une cardiomyopathie rythmique et…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte