L’ablation par radiofréquence, une alternative prometteuse  Abonné

Publié le 02/12/2011

Alors que les anti-arythmiques sont dans la tourmente, l’étude MANTRA-PAF, confirme les résultats prometteurs de l’ablation par radiofréquence dans la fibrillation auriculaire (FA) paroxystique. Dans ce travail, bien que le critère primaire – pourcentage de temps en FA, symptomatique ou non –, ne soit pas significatif à 18 mois par rapport à un traitement médical, la différence devient significative à 24 mois. De plus, l'ablation réduit les récidives et améliore significativement la qualité de vie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte