Hormone de croissance

La société française de pédiatrie calme le jeu  Abonné

Publié le 04/02/2011

La société française de Pédiatrie (SFP) vient de se prononcer sur les alarmants résultats de l’étude SAGhE. Dans des résultats préliminaires, cette étude montre en effet une surmortalité chez les adultes qui avaient été traités en France, dans l’enfance, par de l’hormone de croissance synthétique entre 1985 et 1996. Dans le détail, il n’y a pas d’augmentation de la mortalité globale par cancer, mais, en revanche, la mortalité par hémorragies cérébro-méningées (4 décès observés pour 0,6 attendu) et par tumeurs osseuses (3 pour 0,6) est augmentée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte