Théâtre

« La ronde »  Abonné

Publié le 19/02/2010

Fils de médecin, médecin lui-même, Arthur Schniztler (1862-1931) symbolise l’esprit viennois, mélange d’insolence et de désenchantement. Dans « La ronde », interdite de publication en 1904, il montre les couples qui se font et se défont : fille et soldat, femme de chambre et garçon de bonne famille, grisette et poète, comédienne et comte…Le plaisir impose sa loi cruelle à tous. La mise en scène de Marion Bierry dénude les corps en dévoilant les âmes. Les décors ingénieux agrandissent la minuscule scène.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte