Trois question au Pr Claude Burlet, co-rapporteur de l’avis du CCNE sur les questions éthiques posées par les nanosciences, les nanotechnologies et la santé

« La réglementation est en place pour que la nanomédecine ne devienne pas tout et n’importe quoi »  Abonné

Publié le 28/12/2010
Le généraliste Les applications médicales des nanotachnologies semblent plutôt prometteuses. Pourtant on sent une grande réticence vis-à-vis des recherches en cours. Comment expliquer ce paradoxe ?

Pr Claude Burlet Je crois que du côté de la nanomédecine, il n’y a pas trop de défiance. Les espoirs sont grands et les intérêts pour les patients sont importants. Le ciblage des médicaments, par exemple avec la diminution des quantités de produits et des effets secondaires, ne présente que des intérêts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte