Si  "Le Généraliste " était paru en juin 1905

" La Province médicale ", une tentative de décentralisation scientifique

Par
Alain Létot -
Publié le 19/06/2016
Histoire

Histoire

Il y a bien longtemps que les médecins de province, que les professeurs des Facultés, ceux qui travaillent loin de Paris, se plaignent de l'indifférence qui accueille généralement leurs publications et du magnifique oubli auquel elles sont destinées au bout de quelques semaines lorsque, par hasard, elles ont réussi à intéresser un jour ou deux les confrères de la capitale. Bien des tentatives ont été faites jusqu'à présent pour mettre en valeur les travaux sérieux et consciencieux qui voient le jour dans les départements et qui s'acclimatent si difficilement sur les bords de la Seine. Une nouvelle tentative se fait en ce moment.

C'est à Paris seulement qu'on peut faire efficacement la décentralisation. L'idée peut paraître paradoxale, elle n'en est pas moins juste. C'est elle qui a inspiré les promoteurs de l'entreprise. Un groupe de professeurs, reprenant la Province médicale, fondée il y a dix-huit ans par Augagneur, vont faire de ce journal, qui s'imprimera à Paris, une tribune scientifique pour les médecins des départements.

Chaque Faculté de médecine, par l'intermédiaire de deux de ses maîtres les plus autorisés, aura deux mois sur douze la direction scientifique du journal. Bordeaux y sera représenté par MM. Pitres et Demons.

Les noms des délégués des autres Facultés sont aussi heureusement choisis et sont, comme pour notre ville, une garantie de la valeur des travaux publiés.

Les feuilles locales de province pourraient s'émouvoir de l'apparition de cet organe central de la décentralisation, mais le Comité de rédaction de la Province médicale les met en garde contre cette crainte injustifiée. La nouvelle feuille, en effet, ne leur fera pas concurrence, mais elle sera, au contraire, comme elle le dit très heureusement, le "reflet et la synthèse " de ces publications trop éparses et toujours méconnues.

Le Journal de médecine de Bordeaux salue avec plaisir l'avènement de la Province médicale et lui souhaite de tenir toutes ses promesses et de réaliser tout son programme.

(Journal de médecine de Bordeaux, juin 1905)


Source : legeneraliste.fr