Rapport

La précarité freine l’accès au dépistage  Abonné

Publié le 08/06/2012

Le rapport sur la santé des femmes réalisé en 2010 par le CESE révélait que les femmes avec un faible niveau d’éducation échappaient le plus au dépistage. « C’est particulièrement vrai pour le dépistage du cancer du col de l’utérus », selon son auteur, Dominique Hénon. Constat repris par le Dr Laurent Rigal, chef de clinique en médecine générale à Paris Descartes, dans sa thèse sur les inégalités sociales en santé. « Les disparités d’accès au dépistage du cancer du col de l’utérus sont plus fortes que celles du cancer du sein », observe-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte