Un film, un médecin

La Porte s’ouvre (No Way out)

Publié le 06/07/2012

Réalisation

Joseph L. Mankiewicz

voir un extrait

Année de réalisation

1949

Durée

106 minutes

Scénario

Joseph L. Mankiewicz et Joseph L. Samuels

Distribution

Richard Widmark (Ray Biddle)

Sidney Poitier (Dr Luther Brooks)

Linda Darnell (Edie Johnson)

Stephen McNally (Dr Daniel Wharton)

L’histoire

Luther Brooks (Sidney Poitier) qui vient tout juste d’obtenir son titre de docteur en médecine arrive à l’hôpital de la prison d’une grande ville du nord des États-Unis pour y prendre son premier poste. Il est aussi le premier médecin afro-américain nommé dans cet établissement (nous sommes en 1949...). À peine arrivé, il doit prendre en charge deux frères Johnny et Ray Biddle (Richard Widmark) à la suite d’un cambriolage alors que la police les poursuivait. Après leur avoir administré les premiers soins, il décèle les signes d’une tumeur au cerveau chez Johnny et décide de lui faire une ponction lombaire. Malheureusement, Johnny ne survit pas à celle-ci. Son frère, Ray, raciste primaire, accuse Luther Brooks d’avoir tué volontairement son frère. Pour prouver la justesse de son diagnostic, Luther demande une autopsie qui lui sera refusée par les deux frères de Johnny mais aussi par le directeur de l’hôpital, soucieux d’éviter le scandale. Seul le médecin-chef de l’hôpital, le Dr Wharton soutient Brooks et décide d’aller voir Edie (Linda Darnell), l’ex-épouse de Johnny pour lui demander de ramener Ray Biddle à de meilleurs sentiments. Sans succès. Au contraire, elle se laisse persuader par les deux frères de Johnny de contacter leurs amis racistes pour organiser une expédition punitive dans le quartier noir. Prévenus à temps, les habitants s’organisent et une sanglante bagarre s’ensuit. Brooks décide alors de s’accuser de la mort de Johnny pour que son autopsie soit enfin effectuée. Celle-ci achèvera d’innocenter Luther. Ray Biddle, fou furieux, parvient à s’évader de l’hôpital et attire Luther dans un guet-apens. Edie, échappant à la garde del’autre frère de Johnny parvient à s’échapper et va s’interposer dans la lutte entre Ray et Luther qui va s’en tirer avec une lègère blessure. Fidèle au serment d’Hippocrate, il commence à donner les premiers soins à Ray plus grièvement blessé dans l’altercation en attendant l’arrivée de la police...

Secrets de tournage

- « La Porte s’ouvre » est le premier long-métrage nord-américain à mettre en scène un acteur noir dans un rôle de médecin.

- Un an plus tard, en 1950, Mankiewicz tournera une autre intrigue médicale : « On murmure dans la ville » où Cary Grant joue le rôle du Dr Pretorius.

- Le nom de Sidney Poitier n’apparaissait pas sur les affiches d’origine du film pour des raisons contractuelles et il n’apparaît au générique qu’en quatrième position alors qu’il tient la co-vedette du film. Curieux pour un film qui se veut anti-raciste.

- Richard Widmark et Sidney Poitier se prirent d’amitié au cours du tournage. Et, chaque soir Widmark s’excusait après de Poitier tant son rôle lui imposait des dialogues violents et blessants à l’égard des noirs.

- Le film fut longtemps interdit dans les états du sud des États-Unis et ne fut programmé à la télévision qu’au début des années 1980. Symptomatique.

- Mystères de la traduction... Littéralement, « No Way out » signifie «sans issue ». Et, à l’arrivée, le titre français est « La Porte s’ouvre »...

Notre avis

Même si c’est loin d’être le meilleur film de Mankiewicz (qui allait tourner la même année le grandiose « All about Eve), on saura gré au grand Joseph d’avoir été un des premiers cinéastes américains à s’attaquer de front au problème du racisme avec John Huston (In this our Life), Clarence Brown (L’intrus) ou Elia Kazan (L’Héritage de la chair). Et puis la distribution impeccable est dominée par un Richard Widmark étincelant en malfrat raciste, veule et haineux.

Disponibilité en DVD

Sorti en 2007 dans la collection « 20th Century Classics ».


Source : legeneraliste.fr