Courrier des lecteurs

La politique du biberon

Publié le 07/05/2020

1789 donnait l’espérance aux hommes de devenir libres, ce qui imposait une responsabilisation préalable. Mais on a fait de nous un troupeau de moutons irresponsables, qui croient n'avoir de responsabilité que collective. Peut-on croire le berger quand il dit à son maître que si les moutons vont au ravin, c’est la faute des moutons ?

On nous parle, on nous ment pour notre bien, on nous câline, on nous nourrit au biberon comme des nourrissons sans aucune responsabilité autre que celle d’exécuter la seule à disposition : réclamer le biberon pour avoir le droit de vivre. On interdit en effet à ces restés « sans-dents » de raisonner par eux-mêmes, au motif que des êtres supérieurs le font mieux à leur place !

Hier, je lisais que des médecins se plaignaient de ne pas avoir eu de formation au risque épidémique grave ! L’automne dernier, d'autres regrettaient de n’avoir ni protocole ni formation à la vaccination chez les migrants… Mais enfin, faut-il, dans une société dite libre et responsable, pour agir, être robotisé, donc nourri en permanence au biberon sous forme de protocoles pour tout et rien ?

Je me souviens des paroles de mon père, qui avait posé, il y a plus de cinquante ans, une question de pratique à un stagiaire étudiant.

- « Je ne sais pas, on n’a pas étudié ce cas en cours, il va falloir que je demande à mes professeurs.

- Non, jeune homme, moi non plus je n’ai pas appris ça en cours. Et votre professeur ne peut avoir réponse à tout, c’est un cas particulier, c’est à vous de réfléchir et de trouver la solution qui correspond à ce que vous savez sur ces gens. »

J’ai été, un jour de grande chaleur, appelé auprès d’une grand-mère en Ehpad. C’était le petit matin, et elle transpirait à grosses gouttes alors qu’il faisait encore frais dehors. J’ai demandé à l’aide-soignante, puis à l’infirmière, d’ouvrir la fenêtre. J’ai essuyé deux refus au motif qu’elles n’avaient pas reçu d’ordre ! Il n’y a pratiquement plus personne pour prendre la moindre responsabilité autre que celle d’obéir !

Montesquieu, avec son « esprit des lois », doit se retourner dans sa tombe ! La loi, rien que la loi, appliquée à la lettre par des moutons interdits de cervelle ! Ainsi, j’ai reçu ce jour un mail pour me dire que si on est malade, il faut consulter un médecin ! Toutes les demi-heures, un message gouvernemental passe à la radio pour nous rappeler de nous laver les mains. On nous affirme que les masques ne servent à rien, mais qu’ils vont devenir obligatoires, tout en ne l’étant pas ! On nous dit qu’il n’est pas interdit de sortir deux fois dans la même journée, mais que si l’on croise le même policier, on peut se faire verbaliser !

Qui, en dehors de ceux qui ont confisqué la responsabilité, est capable de croire que seuls quelques « élus » peuvent et doivent dicter leur solution à chaque situation particulière dans un monde où le risque zéro n’a jamais existé ? Petits enfants, ayez confiance, dormez tranquilles, papa a toujours raison et veille sur vous. Demain matin, comme toujours, vous aurez tous votre biberon.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Yves Adenis-Lamarre, Angoulême (Charente)

Source : Le Généraliste: 2910