La place du généraliste dans notre société vieillissante  Abonné

Publié le 17/02/2012

Aux médecins de famille de la société traditionnelle, ont succédé les hyper-spécialistes de la société moderne. La première était plus sécurisante, familiale ; la seconde, scientifique mais très instable.

Aujourd’hui, le médecin traitant doit garder les bénéfices des progrès scientifiques, mais s’imprégner de vertus de la médecine humaine pour aboutir à une prise en charge holistique de l’individu sénescent.

La sénescence est un « processus évolutif moléculaire et non une maladie », disait le Pr Bourliere. À ce stade, la médicalisation ne se justifie pas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte