La mépronizine recadrée  Abonné

Publié le 15/10/2010

Selon l’Afssaps, la mépronizine doit être restreinte à l’insomnie occasionnelle de l’adulte lorsque les benzodiazépines ne peuvent pas être prescrites. Ce somnifère contient un anxiolytique et un anti-histaminique de la famille des phénothiazines. Elle doit être utilisée à la dose d’un comprimé avant le coucher pour une durée de deux à cinq jours. Au-delà de 75 ans, elle est déconseillée en raison du risque de sédation et de vertiges pouvant provoquer des chutes. La taille du conditionnement à cinq comprimés a pour objectif de limiter les risques de toxicité en cas de surdosage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte