HBP

La menace de l’aggravation  Abonné

Publié le 06/03/2009
Dans la prise en charge de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), c’est surtout en cas d’aggravation de la pathologie que l’aide de l’urologue s’avère décisive.

Crédit photo : ©ALIX/PHANIE

Pour un généraliste sur deux (44 %), l’avis de l’urologue est requis en priorité lorsque l’hypertrophie bénigne de la prostate s’aggrave : persistance et une exacerbation des signes fonctionnels, malgré la mise en place d’un traitement de première intention, ou la survenue de complications. « Les patients se plaignent de dysurie ou de pollakiurie de plus en plus gênante. Les complications sont des infections urinaires et des problèmes de rétention aiguë ou chronique », précise le Dr Dominique Lagadec, urologue à la clinique de la Loire de Saumur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte