La médecine générale peine encore à remplir ses rangs à l’internat

Publié le 06/10/2014

Crédit photo : BURGER/PHANIE

95 % des postes ouverts en médecine générale ont été pourvus l’année dernière. C’est le résultat d’une étude relative aux affections des étudiants en médecine à l’issue des épreuves classantes nationales en 2013, publiée par la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (drees). Si en apparence les chiffres ne sont pas mauvais pour la médecine générale, ils masquent, encore une fois, des inégalités importantes, entre les universités. Comme l’année dernière, tous les postes ouverts à Aix-Marseille et Bordeaux, notamment, ont été pourvus alors que la fac de Reims peine à attirer des internes, seuls 77 % des postes dans la spécialité y ont été affectés, en progression toutefois par rapport aux 60% de 2012.

Sans surprise, il apparaît que, depuis 2007, deux tiers des internes en médecine générale sont des femmes. D’ailleurs, parmi celles qui ont le choix entre toutes les spécialités, 13 % choisissent de s’orienter vers l’internat de médecine générale… Cela dit, la discipline continue de recruter à tous les niveaux du classement. Comme en 2012, 7 % des 1 000 premiers classés ont choisi la médecine générale, les trois quarts étant des femmes. Entre 1000 et 2000, ils sont 13 % à avoir fait ce choix, deux points de moins qu’en 2012. Enfin, la médecine générale fait toujours partie des quatre spécialités (avec médecine du travail, santé publique et psychiatrie) que l’on peut choisir quelque soit son rang de classement.


Source : legeneraliste.fr