Si « Le généraliste » était paru en 1903

La masturbation a des conséquences catastrophiques… mais elle peut parfois se révéler utile

Par
Publié le 07/05/2017
Histoire

Histoire

L'incontinence d'urine est souvent la suite de la masturbation et les engorgements du col de la matrice et une foule d'autres maladies tiennent à la même cause. Enfin, la stérilité est assez ordinaire chez les femmes se livrant à la masturbation ; quant aux enfants à caractères névropathiques, tels que les chétifs, ils sont prédisposés à la scrofule et aux affections nerveuses.

La catalepsie, l'extase et autres affections à caractères névropathiques tels que les tremblements partiels ou généraux, des paralysies de courte durée, des douleurs vagues générales, des vertiges, de l'insomnie, des troubles de la vue et de l'ouïe, etc. sont des maladies ayant pour cause la masturbation.

Quant aux facultés intellectuelles, on comprend facilement qu'elles se ressentent singulièrement des manœuvres de cette sorte. Les personnes qui s'y livrent deviennent lâches et pusillanimes, elles perdent tous bons sentiments, elles sont distraites et souvent incapables d'un travail sérieux. Quelques-uns deviennent, par suite de perte de mémoire, hébétés et comme stupides.

Le  docteur Caufeynon, auteur  des lignes ci-dessus reconnaît cependant l'utilité de la masturbation dans l'armée : « Le marquis de Santa-Cruz commence son livre de l'Art de la guerre en disant que la première qualité indispensable à un grand général, c'est de savoir se branler le vit, parce que cela épargne dans une armée, et surtout dans une ville de guerre, tous les caquetages et les indiscrétions de femmes qui finissent par tout perdre. »

(Dr Caufeynon, La Masturbation et la sodomie féminines, 1903)


Source : legeneraliste.fr