La goutte, optimiser la prise en charge  Abonné

Publié le 19/11/2010
Maladie chronique, souvent banalisée, la goutte n’est pas traitée de façon optimale alors qu’elle nécessiterait généralement une prise en charge multidisciplinaire.

Crédit photo : ©ZEPHYR/SPL/PHANIE

À la longue et sans traitement adapté, la persistance d’uricémie entraîne la formation de tophus, nodules indolores qui s’installent dans tous les tissus, non seulement dans les articulations, mais aussi autour des os, ainsi que sous la peau au niveau de l’oreille et sur les doigts.

Selon les recommandations de l’EULAR, le traitement de la goutte associe des traitements pharmacologiques et non pharmacologiques adaptés aux facteurs de risque (âge, sexe, IMC…), aux facteurs de risque et à la phase clinique. Il est important que le patient ait une bonne hygiène de vie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte