Congrès ACR

La goutte, facteur de risque CV indépendant  Abonné

Publié le 22/11/2019
Les pathologies microcristallines ont tenu le haut du pavé lors du récent congrès américain de rhumatologie (congrès de l’ACR, Atlanta 8-13 novembre). Avec notamment une étude de grande ampleur qui conforte l’impact cardiovasculaire de la goutte.
urik

urik
Crédit photo : STEVE GSCHMEISSNER/SPL/PHANIE

Si l’augmentation du risque cardiovasculaire (CV) chez les patients goutteux est désormais bien établie, elle est généralement mise sur le compte du profil métabolique de ces patients, tandis que le rôle propre de la goutte comme facteur de risque cardiovasculaire indépendant reste débattu. Une étude néerlandaise présentée à Atlanta apporte des éléments convaincants dans ce sens. Les auteurs se sont  intéressés au devenir cardiovasculaire à 5 ans de 968 986 Néo-Zélandais sans antécédents cardiovasculaires, dont 32 805 goutteux. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte