La fragilité de la personne âgée conditionne l’efficacité du traitement  Abonné

Publié le 20/11/2009

L’évaluation gérontologique globale – clinique, somatique psychologique, cognitive et sociale au début de la prise en charge du patient est aussi importante, voire plus, que les aspects physiologique. « Le bon médicament est celui qui est pris et pas celui qui est prescrit ». Si la personne est isolée, déprimée, présente des troubles cognitifs, des troubles de la nutrition, de la vision, de l’audition ou une désorientation, elle ne respectera pas les prises thérapeutiques. Le recours à un spécialiste est alors nécessaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte