La Force du destin  Abonné

Publié le 29/03/2013

La valeur attend parfois le nombre des années. Preuve en est ce premier roman d’une enseignante suédoise en littérature de 65 ans, foisonnante épopée sur laquelle flottent les ombres de Thomas Mann ou de Scott Fitzgerald et le parfum de Gatsby. On pourrait trouver pires apparentements. L’histoire, c’est celle de Lili, née à Mulhouse dans une riche famille franco-allemande au lendemain de la guerre de 1870 et dont le destin fragile comme le verre épouse celui d’une Europe promise au chaos.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte