Allergies alimentaires

La fin d’une époque  Abonné

Publié le 07/10/2011
Longtemps considérée comme le primum novens du traitement des allergies alimentaires, l'éviction systématique de l’allergène en cause n'est plus la règle, et l'immunothérapie spécifique la remplace petit à petit. Dans le même temps, pour le diagnostic, les tests de provocation oraux sont peu à peu évincés par les allergènes recombinants

En matière de traitement des allergies alimentaires, « on a longtemps tout axé sur l'identification et le diagnostic de l'allergie alimentaire puis l'éviction de l'allergène » souligne le Pr Denise Moneret-Vautrin, du service d'allergologie du centre hospitalier d'Epinal. L’arrivée de l'immunothérapie spécifique (ITS) qui repose sur la réintroduction de l'aliment, selon des protocoles précis, dans le but de créer une tolérance a changé la donne. Elle a d'abord concerné le lait, l’œuf et la farine de blé, et plus récemment l'arachide.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte