La e-cigarette, solution de sortie plus que porte d’entrée vers le tabagisme

Publié le 15/05/2014

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Un Français sur cinq a déjà expérimenté la cigarette électronique, et 3 % vapote quotidiennement selon une enquête officielle, qui pour la première fois documente l’usage de la e-cigarette en France. Réalisé par l’OFDT (Office Français contre les Drogues et les Toxicomanies), ce travail confirme l’engouement des Français pour le vapotage. Tout en montrant que pour le moment, le phénomène reste plutôt une solution de sevrage qu’une porte d’entrée dans le tabagisme.

Le portrait robot : homme, plutôt jeune et fumeur

L’enquête « Etincel-OFDT » a été conduite entre le 12 et le 18 Novembre 2013 auprès d’un échantillon 2052 sujets de 15 à 75 ans représentatifs de la population métropolitaine. Dans cette population, la grande majorité des sondés (88%) connaissent la cigarette électronique et près d’un sur cinq (18%) l’ont déjà utilisé au moins une fois, soit 2,5 fois plus que l’usage estimé en Mars 2012. La France compterait donc « entre 7,7 et 9,2 millions d’expérimentateurs de e-cigarette , » évaluent les auteurs de l’étude ( A Lerenier et al.)., dont une majorité d’hommes plutôt jeunes et fumeurs.

Seuls 9% des vapoteurs n’ont jamais fumé

Parmi ces expérimentateurs, environ un sur six vapotent tous les jours soit un peu plus de 3% des Français. Ces usagers quotidiens sont globalement plus âgés que les expérimentateurs ponctuels (67% de 50-75 ans)

Par ailleurs « si 9% des expérimentateurs de la cigarette électronique déclarent n’avoir jamais fumé de tabac, tous les vapoteurs réguliers sont ou ont été fumeurs » soulignent les auteurs. « La cigarette électronique semble ainsi constituer, du moins pour le moment, plutôt une solution de sortie du tabagisme qu’une porte d’entrée ».

De fait, la moitié des fumeurs qui utilisent la cigarette électronique « affirment spontanément que leur objectif principal et ultime est d’arrêter toute consommation de ces deux produits ». Un constat plutôt rassurant alors que certains craignaient que la e-cigarette puisse constituer un nouveau mode d’entrée dans le tabagisme notamment chez les jeunes.


Source : legeneraliste.fr