La douleur en psychiatrie  Abonné

Publié le 22/10/2010

La douleur doit être soignée. Toutes les douleurs. Or, si les médecins soignent la douleur physique, ils sont démunis face à la douleur morale d'un trouble psychiatrique. Cette douleur-là peut aussi être atroce, prolongée et insupportable. Dans le domaine somatique, le traitement étiologique d'une maladie soulage souvent la douleur. Mais il existe conjointement, pour quand c'est nécessaire, le traitement symptomatique de la douleur. Et en psychiatrie ? Le traitement étiologique apporte aussi un soulagement : l'antidépresseur, l'anxiolytique, etc.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte