La disparition du Pr Albert Hercek

Publié le 10/02/2011

« C’est par la formation que la médecine générale a retrouvé son identité, » expliquait-il en 2004 dans la revue Pédagogie médicale. La formation médicale continue, mais aussi la reconnaissance universitaire de la médecine générale doivent beaucoup à Albert Hercek, dont on vient d’apprendre le décès à 74 ans le 10 février à Bordeaux des suites d’une longue maladie.

Médecin généraliste ayant longtemps exercé en banlieue parisienne, Albert Hercek est en effet un des pionniers de la FMC en médecine générale et de la prise en main de celle-ci par la profession elle-même. Avec quelques autres, il est en effet lié au renouveau de la formation en médecine générale. A commencer par la formation continue: c’est lui qui, avec Pierre Gallois, contribue à la fondation en 1978 de l’Unaformec(Union nationale des assciations de formation médicale continue), issue au départ de deux associations, l’Asformed qu’il avait fondée et Gofimec, celle de son confrère. Trois ans plus tard, il crée avec Jean de Butler le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), une démarche très audacieuse pour l’époque, qui pariait sur la reconnaissance et l’autonomisation de la médecine générale à la faculté. Lui-même fut un des premiers professeurs associés en médecine générale à la Faculté parisienne Xavier Bichat, où il enseigna la médecine générale pendant trente ans.

Les enseignants de médecine générale lui doivent ces intuitions successives, mais aussi une exigence de formation appliquée aux enseignants généralistes eux-mêmes avec la création en 1985 de l’école de Riom, une dynamique que le CNGE n’a depuis lors eu de cesse de poursuivre. La disparition du Pr Albert Hercek intervient au moment même où se discute la révision des lois de bioéthique à l’Assemblée nationale. Un sujet qui l’intéressait beaucoup, puisqu’il fut plusieurs années président de la Commision de bioéthique de la principale obédience maçonnique française, le Grand Orient de France.

Les obsèques d’Albert Hercek auront lieu le mardi 15 février à 12h45 au Crématorium de Mérignac (Gironde).

La rédaction du Généraliste et du generaliste.fr s’associe à la douleur de l’épouse et de la famille d’Albert Hercek et leur présente ses plus sincères condoléances.

Source : legeneraliste.fr