La dépression toxique pour le cerveau  Abonné

Publié le 29/06/2012

Des chercheurs américains de l’université de Yale prétendent que les personnes qui souffrent de stress chronique et de dépression accusent une perte de synapses dans le cerveau, ce qui contribue à la pérennisation de leurs troubles affectifs et cognitifs. L’article publié dans l’édition du 12 août de la revue Nature Medicine identifie un interrupteur génétique qui déclenche une perte de connexions cérébrales qui elle-même entraîne une raréfaction synaptique dans le cortex préfrontal sous l’effet du stress ou de la dépression.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte