Acouphènes

La cochlée et le cerveau Abonné

Publié le 13/03/2009
La cochlée et le cerveau


©BSIP/CAVALLINI JAMES

On connaît mieux les interactions cochlée/cerveau susceptibles de pérenniser l'acouphène et qui supposent une approche globale du patient avec un accompagnement de qualité.

L'acouphène résulte d'une hyperactivité neuronale, à un endroit quelconque des voies auditives, interprétée au niveau cortical comme un véritable son ; la proximité des voies auditives avec les zones contrôlant nos émotions explique, dans certaines conditions environnementales ou psychologiques, que se produise une réorganisation centrale qui aboutit à l'acouphène-maladie. « La prise en charge des acouphènes devrait être plus ambitieuse", explique le Pr Bruno Frachet (Bobigny) et s'adresser "aux deux bouts », c'est-à-dire la cochlée et le cerveau. Les acouphènes gênants ou sévères sont…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte