La chimiothérapie plus prejudiciable qu'utile en phase terminale ?

Publié le 25/07/2015

Crédit photo : BURGER/PHANIE

Et si la chimiothérapie s’apparentait en fin de vie à de l’acharnement thérapeutique... C’est ce que suggère une étude clinique publiée en ligne jeudi dans la revue américaine JAMA Oncology qui conclut qu’elle est inutile et préjudiciable à la qualité de vie des cancéreux encore capables d'agir au quotidien.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)