Si « Le Généraliste » était paru en mars 1906

La calvitie et les intellectuels

Par
Publié le 17/03/2016
Histoire

Histoire

Dans une conférence faite à la Société de l’Internat, le Dr Jacquet a soutenu que la calvitie sévit principalement chez les cérébraux, les « intellectuels ». Elle est certainement plus rare, a-t-il dit, chez les ouvriers et les paysans que parmi les citadins, ceux surtout de la classe dirigeante. Il suffit, à l’Opéra ou à la Comédie Française, d’avoir, d’une loge, contemplé les fauteuils d’orchestre pour être édifié sur ce point.

La calvitie augmente à mesure que la civilisation progresse. En visitant les grands musées d’Europe, en contemplant l’immense armée des bustes antiques, M. Jacquet a été frappé de la rareté des chauves, comparé à la proportion que fournit l’examen des bustes de nos contemporains.

D’autre part, les races indolentes, paresseuses, ignorent la calvitie. Enfin, d’après une remarque de Brocq, depuis que les femmes s’adonnent aux travaux intellectuels, qu’elles fatiguent davantage leurs centres cérébraux, la calvitie, qui était rare chez elles, devient progressivement plus fréquente.

(« La Médecine moderne », mars 1906)


Source : legeneraliste.fr