Artérite

Jusqu’où étendre le bilan cardiovasculaire ?  Abonné

Publié le 05/11/2010
L'existence d'une artérite témoigne d'un haut risque cardiovasculaire, qui pourrait justifier le dépistage des autres localisations athérothrombotiques.

L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) n'est qu’une des manifestations de la maladie athéromateuse, 60 % des artéritiques ayant aussi une athérosclérose coronaire et/ou cérébrovasculaire. Un IPS<0,9 - qui définit maintenant l'AOMI - multiplie la mortalité cardiovasculaire (CV) à 10 ans par 4,2 chez l’homme et 3,5 chez la femme. Le pronostic est identique, que l'AOMI soit ou non symptomatique et le risque est inversement corrélé à l'IPS.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte