IVG en Espagne: manif à Paris, soutien de l’Eglise de l’autre côté des Pyrénées

Publié le 31/01/2014

Le projet de loi espagnol pour restreindre l’accès à l’IVG continue à faire débat de l’autre côté des Pyrénées et jusqu’à chez nous.

Le mouvement "La marche mondiale des femmes" appelle en effet samedi à un rassemblement à Paris, pour soutenir les féministes espagnoles qui défendent le droit à l'avortement et dire non "à la régression des droits des femmes" en Europe. "Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre (...) car il est le combat de celles et ceux qui veulent l'égalité entre les femmes et les hommes", a souligné le mouvement dans un communiqué.

La date du 1er février a été choisie en lien avec "un train pour la liberté" transportant des militantes pro-IVG en provenance du nord de l'Espagne qui arrivera à Madrid le même jour. Les manifestants ont prévu de se retrouver à partir de 14H00, Place Joffre, dans le 7e arrondissement, pour se rendre jusqu'à l'ambassade d'Espagne. D'après ce mouvement, cet appel a déjà reçu le soutien de plus de 80 associations, organisations syndicales et partis politiques en France, dont le Parti socialiste, le Parti communiste et Europe Ecologie les Verts.

L’Eglise soutient le gouvernement espagnol

Si le projet de réforme de la loi sur l’avortement en Espagne doit encore passer devant le Parlement, il a d’ores et déjà reçu le soutien des évêques espagnols. Ils ont salué jeudi comme une "avancée positive" le projet de réforme de la loi sur l'avortement approuvé par le gouvernement de droite, qui supprime quasiment le droit à l'interruption volontaire de grossesse. Dans un communiqué la Commission permanente de la Conférence épiscopale déclare que "les évêques saluent toujours les initiatives en faveur de la vie humaine, d'où qu'elles viennent (...) Pour cette raison, ils reconnaissent dans le projet présenté par le gouvernement une avancée positive par rapport à la législation actuelle, qui considérait l'avortement comme un droit. Les évêques estiment néanmoins que le nouveau texte ne va pas assez loin. Pour l'Eglise catholique, "une loi sur l'avortement, pour restrictive qu'elle soit, reste une loi injuste", écrivent-ils.


Source : legeneraliste.fr