IPP : attention aux traitements prolongés !  Abonné

Publié le 19/05/2017

Une prise prolongée d’IPP fait-elle courir des risques aux patients ? La question est d’autant plus légitime que ces médicaments représentaient, en 2013, le 4e poste de ventes en volume en France et que deux IPP sont aujourd’hui en vente libre. La plupart des effets indésirables sont liés à l’augmentation du pH gastrique, qui accroît clairement le risque d’infections digestives (OR : 1,4 à 8,3), notamment à C. difficile, et, de manière moins nette, respiratoires (OR : 1,2 à 1,6).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte