Insuffisance cardiaque : l’ivabradine (Procoralan®) éclaircit le pronostic  Abonné

Publié le 24/09/2010
L’insuffisance cardiaque (IC) est encore de mauvais pronostic. Dans ce contexte, les résultats de l’étude SHIFT suscitent un espoir légitime : l’adjonction d’ivabradine (Procoralan) au traitement optimal de l’IC réduit de manière significative de 18 % l’incidence de la mortalité cardio-vasculaire et des hospitalisations pour aggravation de l’IC.

?La moitié des insuffisants cardiaques décède dans les quatre ans qui suivent leur diagnostic et un quart d’entre eux est réhospitalisé dans les trois mois qui suivent la première décompensation. La morbi-mortalité de cette affection, dont la prévalence atteint 2 à 3 %, reste élevée malgré les avancées apportées par les bêtabloquants, les médicaments ciblant le système rénine-angiotensine-aldostérone (IEC, ARA II) et les antagonistes de l’aldostérone.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte