Innocuité fracturaire des biphosphonates  Abonné

Publié le 02/04/2010
La compilation de trois grands essais cliniques tend à démontrer une absence de surrisque de fracture atypique du fémur associée à la prise de biphosphonates.

Plusieurs cas sporadiques ont rapporté des fractures atypiques de l’extrémité supérieure du fémur en association avec l’utilisation de biphosphonates. Pour en savoir plus, les auteurs de l’étude parue dans le New England Journal ont revu trois essais cliniques FIT (Fracture Intervention Trial), Flex (FIT long terme extension) et HORIZON (Health Outcomes and reduced incidence with zoledronic acid once yearly). Sur un effectif de 14195 patientes, 284 fractures de fémur ou de hanche ont été passées au peigne fin.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte