Innocuité des inducteurs de l’ovulation  Abonné

Publié le 13/02/2009

Selon une étude de cohorte danoise publiée dans le British Medical Journal, les inducteurs de l’ovulation n’exposent pas à un risque augmenté de cancer de l’ovaire. Le travail a porté sur le suivi de 54 362 femmes ayant des problèmes de fertilité traités durant une période de 35 ans (entre 1963 et 1998) ainsi que 156 femmes ayant eu un cancer de l’ovaire épithélial. Au terme du suivi, les chercheurs objectivent un risque relatif de cancer de l’ovaire de 0,83 (0,5 à 1,37) pour l’ensemble des gonadotrophines mais le risque atteint la significativité pour le clomifène 1,14 (0,79-1,64).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte