Courrier des lecteurs

Il y a « blues » dans la blouse

Publié le 24/07/2017

Le contexte politique et administratif joue un rôle évident dans le mal-être des médecins. Mais il faut aussi, sans aucun doute, revoir en profondeur la manière dont sont formés les médecins. On fabrique des techniciens hyper-performants pour une médecine qui fait de plus en plus abstraction de l'être humain. Le médecin est, lui aussi, un être humain, avec ses joies ses peines, mais, surtout, en permanence en contact avec la souffrance humaine. Qui de nous sait combien les seules réponses technologiques sont bien insuffisantes pour endiguer ce mal-être ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)