L’avis du Pr Bernard Cortet*

« Il serait logique de traiter 30 à 40% des femmes de plus de 80 ans »  Abonné

Publié le 20/11/2009

« Il est certainement plus utile, plus rentable compte tenu du poids de l’âge dans l’augmentation du risque de fracture, de traiter des femmes âgées plutôt que des femmes jeunes. Les trois facteurs majeurs pour le risque fracturaire étant l'âge, des antécédents personnels de fracture et la densité osseuse. On peut s’aider, pour la décision de traiter, de l’indice FRAX de l’OMS qui nous livre un risque de fracture ostéoporotique majeur à 10 ans et de fracture de hanche à 10 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte