Dossier spécial seniors

Iatrogénie : le mal chronique des personnes âgées  Abonné

Publié le 20/11/2009
Il faut savoir évoquer l’accident iatrogène devant tout événement inhabituel. Le contrôle régulier de la prescription et de la consommation de médicaments est indispensable.
il faut savoir déprescrire pour mieux represcrire

il faut savoir déprescrire pour mieux represcrire
Crédit photo : BSIP/LAURENT

La Haute autorité de santé a déclaré la guerre aux accidents iatrogènes chez la personne âgée. Première cible, les psychotropes, mais cette campagne a gagné toutes les classes de médicaments afin de lutter contre leur mésusage chez les séniors. L’âge en lui-même constitue un facteur de gravité des accidents iatrogènes. Environ 10% des hospitalisations chez le sujet âgé de plus de 70 ans sont liées en tout ou en partie à un accident iatrogénique et plus de 20% concernent les octogénaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte