HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire Abonné

Publié le 27/03/2009
HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire


©ALIX/PHANIE

Au contraire du risque micro-angiopathique du diabétique de type 2, les études qui chiffrent l’intensification du contrôle glycémique sur le pronostic cardiovasculaire se font très discrètes. Jusqu'où faut-il baisser l'HbA1c, pour quels bénéfices macro-angiopathiques… l'ALFEDIAM 2009 (Association de langue française pour l’étude du diabète et des maladies métaboliques, Strasbourg, 17-20 mars) a plongé les experts dans la littérature.

ALFEDIAM 2009Chez le diabétique non insulinodépendant (DT2), un contrôle suffisamment strict de la glycémie permet de prévenir ou inverser les anomalies de la microcirculation. Le taux d'HbA1c est classiquement accepté comme critère de substitution avec, pour un point en plus ou en moins d'HbA1c, 30 % en plus ou en moins de rétinopathies, néphropathies et neuropathies. Mais la macroangiopathie, de mécanisme autrement plus complexe, multifactorielle, débute pour des glycémies très basses. De ce fait, le contrôle de la glycémie a un effet moins marqué, comme le montrent de longue date de…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte