Prescriptions

Harcelé et pourtant je ne jette pas l’éponge !  Abonné

Publié le 20/02/2009

M. le Dr de la CPAM (…)vous m’indiquez que je figure parmi les 537 plus forts prescripteurs d’arrêts de travail (…) vous me confirmez que mes niveaux de prescriptions ne présagent pas nécessairement d’un caractère excessif (…) mais vous pointez la menace administrative de mise sous accord préalable (…) je n’essaierai pas de me justifier en argumentant sur les particularités de ma clientèle ou les reports de prescription de l’hôpital vers la ville. Je ne me laisserais plus menacer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte