Douleur

Gérer l’automédication  Abonné

Publié le 17/02/2012
Avec l’augmentation de l’espérance de vie, la prise en charge des maladies chroniques, le nombre de patients douloureux ne cesse d’augmenter. Pourtant la douleur reste insuffisamment prise en charge et parfois mal comprise. Conséquence : une automédication souvent abusive contre laquelle il faut lutter.

Crédit photo : ©BSIP

« La première règle lorsqu’un médecin prend en charge un patient douloureux chronique est de croire son patient » explique le Professeur Alain Série* du service de Médecine de la Douleur, de l’hôpital Lariboisière (Paris). Deuxièmement, il doit savoir qu’il n’existe aucun parallélisme entre la clinique et l’imagerie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte