Médicaments

Génériques: pourquoi ça décolle  Abonné

Publié le 07/05/2009
Le taux de pénétration des génériques dépasse désormais 82 % du répertoire. En revanche, la prescription en DCI stagne, les médecins n’y recourant guère, par manque d’habitude ou pas opposition.

Crédit photo : ©BURGER/PHANIE

C’est la fin d’une exception française : 82 % des médicaments du répertoire délivrés en ville sont désormais des génériques. Un taux comparable à celui de nos voisins européens et qui atteint les objectifs fixés par la Sécu. Pour mémoire, il était encore de 42,5 % en 2005. Cependant, le gros de l’effort de substitution est essentiellement à mettre au crédit des pharmaciens, qui sont financièrement incités à le faire. En outre, le dispositif « Tiers payant contre générique », étendu en 2007, semble avoir eu un effet d’accélérateur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte