Génériques : la Cour suprême des Etats-Unis s’en mêle

Publié le 18/06/2013

La Cour suprême des Etats-Unis a jugé lundi que les laboratoires pharmaceutiques pouvaient être poursuivis s'ils payaient les fabricants de génériques pour retarder la commercialisation de ces médicaments. La plus haute juridiction du pays était saisie d'un litige entre l'industrie pharmaceutique et l'agence fédérale de défense des consommateurs. La Cour estime que les laboratoires peuvent être traduits en justice pour cette pratique baptisée "payer pour retarder" qu'elle a jugée "inhabituelle" mais non "illégale". Dans ce litige, examiné en mars par la Cour suprême, les laboratoires Solvay, appartenant au groupe américain Abbott, avaient payé jusqu'à 42 millions de dollars par an à trois fabricants de génériques (Par, Watson et Paddock) pour qu'ils retardent jusqu'à 2015 la sortie de la version générique d'Androgel, un traitement hormonal que Solvay produisait. Selon la FTC (Federal trade commission), agence de défense des consommateurs et de contrôle de la concurrence, cette pratique coûterait 3,5 milliards de dollars par an au consommateur de médicaments.


Source : legeneraliste.fr