Editorial

Génélecteurs  Abonné

Publié le 31/03/2017
.

.

Il était une fois, dans un coin déshérité des Hauts-de-France, un vieux militant d’extrême-droite, médecin généraliste de son état. Au terme d’une vie remplie d’activisme et de soins, il entreprit de débaucher, pour la cause, une infirmière libérale, aussi dévouée que naïve… « Coupez ! » Ainsi débute le scénario de « Chez nous », le dernier film de Lucas Belvaux, version plutôt sinistre de « Bienvenue chez les ch’tis ».  Du cinéma politique comme on n’en avait plus vu depuis Yves Boisset… mais rien que de la fiction ! Hum...

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte