Édito

French flair

Publié le 03/04/2020
Edito

Edito

La France n’en a pas encore fini avec le coronavirus. Après les établissements du Grand Est, d’Île-de-France, d’Auvergne-Rhône-Alpes et des Hauts-de-France, les hôpitaux de plusieurs autres régions devraient être lourdement sollicités pendant encore plusieurs semaines. Le pic est paradoxalement espéré pour connaître enfin la décrue de l’épidémie. Tout dépendra maintenant du respect du confinement par les Français, prolongé a minima jusqu’au 15 avril prochain.

Chaque soir, le pays attend avec appréhension le décompte actualisé des victimes et des nouveaux cas graves admis en réanimation, indicateur le plus pertinent pour percevoir l’évolution de l’épidémie. Aussi éprouvante que soit la période que nous traversons, elle révèle toutefois une réconfortante vérité. Malgré son impréparation à cette crise sanitaire inédite, la France montre son incroyable faculté d’innovation.

La France manque de gel hydroalcoolique ? Des sociétés de cosmétique et de chimie se lancent dans leur production. La France manque de masques ? Des entreprises spécialisées dans le luxe ou le textile réorientent leur production pour en confectionner quand d’autres font don de leurs stocks. Décathlon a même retiré de la vente un masque de plongée pour l’offrir aux soignants. La France manque de respirateurs ? Le groupe Air liquide agrandit sa ligne d’assemblage. La France veut déployer la sérologie ? Un procédé est en cours d’élaboration à l’institut Pasteur. Elle recherche des traitements ? Une trentaine d’études cliniques sont en cours ou en passe de l’être.

Loin de confiner l’esprit d’initiative, la crise du coronavirus stimule la créativité tricolore. Le corps médical démontre aussi une formidable capacité d’adaptation. Des bâtiments hospitaliers sortent de terre en un temps record, des centaines de centres Covid sont mis en place par des professionnels de ville pour décharger l’hôpital. Quant à la téléconsultation, davantage d’actes ont été réalisés en une semaine qu’en un an et demi... Impossible n’est décidément pas français.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction

Source : Le Généraliste: 2906