Urologie

Freiner l’hypertrophie prostatique en ciblant l’inflammation  Abonné

Publié le 11/12/2009
L’hypertrophie de la prostate n’est pas si « bénigne » quand le score I-PSS est sévère et que les symptômes urinaires détériorent la qualité de vie.

Parmi les facteurs incriminés dans l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) tels que le rôle des androgènes, les facteurs génétiques, les causes vasculaires ou le syndrome métabolique, la responsabilité de l’inflammation a récemment été mise en cause. Plusieurs études ont confirmé un lien entre l’inflammation, le volume prostatique, le score IPSS ainsi que les risques de croissance et de complication. Des infections bactériennes et virales (HCV, HPV…) pourraient être à l’origine d’une inflammation chronique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte