Actualités en rhumatologie

Fracture, sentinelle de l’ostéoporose  Abonné

Publié le 25/09/2009
Toute fracture dans un contexte évocateur doit faire suspecter une ostéoporose à investiguer par ostéodensitométrie.

Crédit photo : ©AIRELLE-JOUBERT/PHANIE

« On ne casse pas ses os par hasard. » Le GRIO (Groupe de Recherche et d’Information sur les Ostéoporoses" monte au créneau pour un bilan plus poussé dans les suites d’une fracture. « Huit femmes sur dix n’ont actuellement aucune exploration et donc aucun traitement après un premier épisode de fracture », a déploré le Pr Thierry Thomas (rhumatologue, CHU de Saint Etienne). Ce chiffre est certainement sous-estimé puisque les fractures du poignet ne sont pas hospitalisées. Le médecin traitant n’est parfois pas informé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte