Fracture sanitaire : la CSMF pas d’accord avec l’UFC-Que Choisir

Publié le 16/10/2012

Dans une vaste étude publiée mardi, l’UFC-Que Choisir montre, en étudiant le double aspect des déserts médicaux et des dépassements d’honoraires, qu'il y a en France une «fracture sanitaire». «Nous avons regardé les deux dimensions de l'accès aux soins, la dimension géographique et la dimension financière. Et c'est vrai que lorsqu'on couple les deux, les résultats sont assez dramatiques», a déclaré Alain Bazot, président de l'association. Mais l’UFC-Que Choisir n’en reste pas là ! Elle demande par ailleurs que seuls puissent s’implanter dans les secteurs «surdotés» les médecins de secteur 1 et que les aides publiques soient réservées aux médecins de zones «sousdotées», comme le préconise la Cour des comptes. Prônant à terme la disparition des dépassements, l'UFC Que choisir suggère de les plafonner temporairement à 40% du tarif Sécu (taux médian remboursé par les complémentaires santé) dans l'attente d'une refonte complète de la tarification des actes. Un militantisme dénoncé par la CSMF, qui souhaite que l’association «modère ses prises de position et ait une attitude plus responsable».


Source : legeneraliste.fr