Médecin traitant

Forfait de 5 euros pour tous les patients, qui dit mieux ?

Publié le 16/05/2011
Lors d’une réunion informelle, le directeur de la cnamts (photo) a mis sur la table ses premières propositions pour la future convention. Deux d’entre elles intéressent de très près la médecine générale : la refonte du forfait médecin traitant et le relookage du Capi. La Sécu propose aussi un "new deal" aux médecins qui leur offrirait des garanties en matière de services et de délais de réponse.

Crédit photo : ©GARO/PHANIE

Pour MG France et pour la FMF, ça a visiblement goût de trop peu. Jeudi dernier, le directeur de la cnamts, Frédéric Van Roekeghem (photo) a fait aux syndicats de médecins des propositions qui pourraient être le socle de la future convention. Mais, chut ! Il s’agissait d’une réunion informelle… Même si ces propositions n’ont pas de caractère officiel, elles ont néanmoins été présentées aux représentants des médecins libéraux et déjà, on peut dire que si elles étaient adoptées elles changeraient un peu la donne.

A commencer par la rémunération du médecin traitant. Les caisses proposent en effet de la revoir, à la fois en élargissant le forfait actuel et en abaissant son montant. L’idée présentée jeudi aux syndicalistes est de ramener le forfait pour les patients en ALD de 40 euros à 20 seulement. En contrepartie, les médecins toucheraient un forfait de 5 euros pour tous les autres patients, au lieu de rien actuellement. La Sécu a fait ses calculs et estime qu’une majorité de médecins généralistes serait gagnante à ce tour de passe-passe : 39,5 % d’entre eux perdraient en moyenne 809 euros par ans, alors que 60,5 % gagneraient en moyenne 914 euros par an.

Forfaits étendus, mais aussi individualisation de la rémunération. Comme promis, ces deux axes devraient être dopés par la négociation conventionnelle. La Sécu entend effet aussi profiter des négociations pour relooker le Capi, deux ans après la mise en place de ce dispositif. A l’évidence, ce n’est une révolution conceptuelle, mais l’idée est tout de même de muscler le dispositif et de l’étendre à d’autres versants de la pratique. Concernant, le calcul des primes, la Cnamts prévoit de l’adapter en lissant les effets de seuil. Elle propose de revoir certains objectifs comme ceux qui concernent les vasodilatateurs, la grippe (en incluant les patients en ALD dans la cible des 75 % à vacciner), ou la surveillance ophtalmo des diabétiques (75 % des patients, au lieu de 65 % actuellement devraient avoir leur consultation ophtalmo ou fond d’œil ou rétinographie dans les deux ans). De nouveaux objectifs viendraient également enrichir ces contrats d’amélioration des pratiques individuelles : un second objectif sur les prescriptions de BZD, un sur le dépistage du cancer du col de l’utérus, un autre qui vise à diminuer les prescriptions d’antibiotiques…

Enfin, la cnamts a présenté aux syndicats de médecins libéraux un "new deal" (c’est le terme utilisé), qui offre certaines garanties aux médecins en termes de dématérialisation des formalités, de délais de réponse (par exemple, accord sous 48 heures pour les protocoles ALD) et d’accueil privilégié (accès téléphonique direct et adresse e-mail dédié pour joindre le service médical). On retiendra aussi l’accent mis sur la prise en charge de l’Alzheimer sur laquelle la Sécu semble vouloir jouer un role pro-actif : diffusion d’outils diagnostic, proposition de formations, mise en place d’une consultation longue, etc.

Paul Bretagne

Source : legeneraliste.fr