Fin de vie : réactions contrastées au rapport Sicard

Publié le 19/12/2012

Les réactions au rapport Sicard sur la fin de vie ont été nombreuses. Plusieurs députés et personnalités de droite se sont déclarés, mardi, totalement opposés au «suicide assisté» évoqué (comme une hypothèse) dans le rapport du professeur Didier Sicard sur la fin de vie. L'ancien ministre et député Patrick Ollier, la présidente du Parti chrétien démocrate Christine Boutin, la députée et porte-parole du Mouvement pour la France (fondé par Philippe de Villiers) Véronique Besse et le député UMP Philippe Gosselin ont publié des communiqués en ce sens.

L'Alliance Vita, association pro-vie fondée en 1993 par Christine Boutin et opposée au suicide assisté et à l'euthanasie réagit également. Si elle se félicite que le rapport Sicard se soit prononcé «clairement contre la légalisation de l'injection létale», l'association met en garde contre une légalisation pour certains cas du suicide médicalement assisté, qui «constituerait une rupture majeure dont Vita souhaite prémunir les Français».

La société française d'accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) a en revanche salué le rapport Sicard sur la fin de vie, «un rapport non partisan, qui éclaire de façon très innovante le débat citoyen sur la fin de vie» relève-t-elle dans un communiqué. La SFAP se félicite que le rapport Sicard souligne «le développement insuffisant des soins palliatifs, en particulier à domicile». Sur la question du suicide assisté, l'association relève que la réflexion amorcée par le rapport constitue une «ouverture», mais préfère retenir que «le rapport ne préconise cependant pas d'inscrire dans la loi ce nouveau droit au suicide assisté».

A l’inverse, dans le camp des pros-euthanasie, l'Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) a critiqué le rapport et les conditions dans lesquelles la mission Sicard a organisé ses auditions. Le président de l'ADMD Jean-Luc Romero appelle «au respect de la proposition 21 de François Hollande» et à la tenue «d'un débat parlementaire» pour introduire «l'euthanasie active et le suicide assisté».


Source : legeneraliste.fr