Fermeture de services hospitaliers : les petites villes demandent à Bachelot de ne pas signer

Publié le 15/07/2010

L'Association des petites villes de France (APVF) a demandé cette semaine à Roselyne Bachelot de ne pas signer les décrets d'application qui conduiraient à la fermeture des services hospitaliers de 54 villes. Le ministère de la Santé prépare un décret prévoyant la fermeture des services hospitaliers de chirurgie qui auront effectué moins de 1 500 actes par an entre 2007 et 2009 a précisé le président de l'APVF Martin Malvy (PS) à l'issue d'une réunion avec des maires concernés. Cela concernerait 54 villes, réparties un peu partout en France, a-t-il indiqué, ajoutant que les petites villes avaient demandé à être reçues par la ministre. « Nous demandons à Mme Bachelot de ne pas signer ces décrets-couperets » a déclaré M. Malvy. « Comment peut-on accepter qu'avec 1 510 actes un hôpital marche, et qu'avec 1 490, il ne marche plus ? Il n'y a aucune logique et ce seuil n'est pas acceptable », a-t-il protesté. Il a aussi contesté la nomenclature des actes qui réduit le nombre effectif d'actes réalisés. Le député-maire d'Altkirch (Haut-Rhin), Jean-Luc Reitzer (UMP), a donné l'exemple des césariennes ou des coloscopies qui ne sont pas prises en compte par l'administration. Le seuil des 1 500 actes « ne correspond pas à la vraie activité d'un bloc opératoire », a-t-il ainsi estimé . « La fermeture de services hospitaliers à un moment où la médecine générale connaît elle-même des problèmes de démographie ne peut qu'accentuer les risques de désertification médicale, a fait valoir Martin Malvy. Si on met à mal les petits hôpitaux dans un secteur, les généralistes hésiteront à s'y installer. »


Source : legeneraliste.fr